Catégories
Freelance Ma-aaa-aa viiiie

Il était temps.

personnage dépenaillé présentant un costume impeccable
Le principe du cordonnier mal chaussé fonctionne aussi pour les tailleurs, ce qui est plus fastoche à illustrer.

L’expression “Les cordonniers sont les plus mal chaussés” m’a longtemps semblé paradoxale : pourquoi diable les cordonniers, dont le boulot est précisément de fabriquer des chaussures, seraient-ils les plus mal chaussés ? Ils n’ont qu’à prendre quelques heures pour se fabriquer des chaussures sur mesure, c’est pas sorcier enfin.

Et puis un jour, j’ai crée ma petite entreprise de web, et j’ai vite percuté.

Quand on bosse dans le web, et qu’on prétend faire ça bien, on prévoit une tranche de son emploi du temps non négligeable pour faire de la veille technologique. Et on tombe très régulièrement sur des pépites : des idées géniales, des techniques nouvelles, qui vous inspirent du clavier et vous font cogiter sur le thème “Waouh, je peux utiliser ça de telle façon, et puis mettre au point un système qui fasse pif paf pouf etc.”

Mais si on est pro pour de bon, genre avec une conscience professionnelle et tout, on se retrouve dans la spirale suivante : à court terme, on sert ses clients avant soi, ce qui repousse les mise-à-jour du site perso de loin en loin, voire aux calendes grecques pour peu que les clients se suivent .

Et puis à plus long terme, le temps de trouver le temps, de nouveaux concepts sont apparus, et on se retrouve avec l’embarras du choix, souligné d’une lancinante pression : ” bon sang, que choisir, je suis un pro, il faut que mon site soit au top du flex”.

Le temps file alors comme il sait faire, et c’est ainsi qu’un concepteur de site, dont c’est pourtant le pain quotidien, se retrouve avec un site techniquement dépassé, graphiquement périmé, et puis – tant qu’à faire-  pas tenu à jour depuis 3 ans. Paf : les cordonniers les plus mal chaussés, nous y voilà.

Pour sortir de cette impasse j’ai fini par faire un choix de raison : je renonce avec soulagement à ce que mon site soit un étalage éblouissant de ce qui se fait de plus tip-top de la tendance funky de l’Internet, histoire de garder des forces pour mon taf, et j’en fais un humble blog, sans ligne éditoriale précise, où je causerais de ce dont il me plaira de causer, au rythme que je pourrais.

FacebooktwitterpinterestFacebooktwitterpinterest

1 réponse sur « Il était temps. »

j’aime bien ta façon de voir les choses. Le mieux est l’ennemi du bien … et puis moi je trouve ça vraiment très bien !

Les commentaires sont fermés.